Chronique n°3 : Avant toi

CVT_Avant-toi_7508

 

Auteur : Jojo Moyes

Pages : 520

Traduction : Frédéric Le Berre

Edition : Milady

Collection : /

Prix : 8.20 euros

Titre V.O : Me before you

Sortie V.F : Mars 2013

 

Résumé : 

Si le temps nous est compté …

Lou est une jeune fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Mon avis :

Eh bah dis donc ! J’ai cru que j’allais jamais pouvoir l’écrire cette chronique ! Déjà parce que y’a eu plusieurs éléments qui m’ont pris un peu de mon temps mais surtout car j’ai beaucoup médité sur ce livre (et c’est toujours le cas d’ailleurs…). Je suis mitigée, perplexe, le cul postérieur entre deux chaises. Donc, voilà cette chronique va probablement être très brouillon…

Nous retrouvons Lou, qui après avoir perdu son travail, accepte un contrat pour apporter des soins et de la compagnie à un jeune homme tétraplégique. Un jour elle surprend une conversation où elle comprend qu’elle n’est pas seulement la soignante de Will : Elle est celle qui doit l’empêcher d’intenter à ses jours. Grossièrement, cette histoire pourrait faire penser au film Intouchables, avec une dose de romantisme par-ci par-là mais personnellement je ne l’ai pas ressenti comme ça contrairement à d’autres personnes. Pour moi ce sont deux histoires bien distinctes même s’il y a quelques points de similitudes, mais ceci est strictement mon point de vue personnel. BREF.

Je sens que je m’égare déjà, mais je me retrouve bien bête aussi à vouloir parler d’un livre dont je ne sais pas quoi dire xD

Il faut savoir qu’en refermant ce livre, j’avais une bonne impression à chaud comme ça là tout de suite. Puis j’ai réfléchi. Et finalement il y a plusieurs choses qui m’ont dérangé.

Bon, parlons des personnages. J’ai vraiment mais alors vraiment eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages. Excepté Will (et encore), je n’ai soit rien ressenti soit détesté certains protagonistes. Déjà le personnage principal, Lou : Mon dieu, ce qu’entre elle et moi c’était déjà très mal parti. Elle est tout à fait le genre de personne que je ne peux pas supporter. Sans ambition, sans envie, et extrêmement nonchalante sur le départ. Je peux comprendre que la perte d’un travail est une épreuve très difficile mais il faut se battre dans ces moments-là. Et bien non, mademoiselle Lou attend que ça se passe. De plus, j’ai été très surprise voire choquée de la façon dont Lou parle des handicapés au début. Ça frôle presque l’irrespect pour moi : « Oui. Mais est-ce qu’il faut lui torcher le … ? » Voilà les propres paroles de notre chère Lou concernant la situation de Will (je vous rappelle qu’elle a 27 ans quand même) . Enfin bon, au fil du roman, Lou mûrit et j’ai appris à l’apprécier davantage : elle apprend de ses erreurs et devient plus combative et entêtée quand il s’agit d’aider Will. Mais Lou et moi ça ne sera quand même jamais le grand amour.

Et puis sa famille… Non mais sérieusement c’est quoi cette famille ? Avec des parents qui fonctionnent par intérêt, espérant toujours que Lou leur ramènent les sousous qui leur manquent occultant complètement de savoir ou non si la pauvre Lou se porte bien, une sœur jalouse et bipolaire et un « petit-ami » typique cliché SuperMusclor SuperBaiseur, j’ai vraiment cru que j’allais exploser comme la soupape d’une cocotte minute ! Faut que j’arrête là je deviens violente…

A part ça, le seul personnage que j’ai apprécié (quand même, je l’ai est pas tous détesté non plus) c’est Will. De toute façon, les personnages avec un passé et/ou une vie difficile se créant une carapace pour se protéger c’est complètement ma came. Je n’ai pas eu de pitié pour Will, j’ai plutôt eu de la compassion. Mais de la bonne compassion, vous voyez ce que je veux dire ? J’ai eu envie de l’aider moi aussi, de me battre de toute mes forces pour lui redonner goût à la vie. Cependant, nous ne vivons pas ce que vivent ces personnes et nous ne pouvons les obliger à vivre s’ils ne le désirent plus.

Un autre point très négatif selon moi, c’est d’avoir plein de points de vue différents (Lou, La soeur de Lou, Mme Traynor etc) mais de ne pas avoir eu celui de Will J’aurais aimé connaître ce qu’il a pu ressentir, ses joies, ses peines, ses colères et j’essaie toujours de comprendre le choix qu’a fait l’auteure de ne pas exposer le point de vue de Will.

Un autre point qui m’a dérangé c’est la prévisibilité du roman. Dès les premières pages j’ai tout de suite su quelle issue allait en découler. Du coup je n’ai pas été émue aux larmes, j’ai plus été remuée que bouleversée vous voyez ? A cela s’ajoute une romance trop peu présente. Durant 400 pages ils ne font que se découvrir, j’ai été lassée et puis tout s’accélère comme par magie et j’ai vraiment été déstabilisée.

Dernier bémol : la traduction notamment vers la fin du roman. J’ai trouvé les tournures de phrases vraiment pas correctes. Pour schématiser quand j’ai lu ce livre et notamment les dialogues, c’est un peu comme si un personnage demandait quel temps il fait aujourd’hui et que l’autre lui répondait 14h. Il n’y avait pas de cohérence ou de rapport entre ce qu’ils se disaient. J’ai même relu certains passages me demandant si j’avais besoin de lunettes. Bref je me comprends xD

Cet avis peut paraître un peu dur mais c’est mon ressenti. Cependant, Jojo Moyes traite avec justesse le sujet du handicap et de l’euthanasie. J’avais peur que ce roman soit davantage un manuel explicatif et argumenté avec plein de termes médicaux et j’en passe, mais pas du tout. Malgré les défauts du roman, je dois avouer que les deux sujets principaux sont très bien traités. Quelle que soit votre opinion là-dessus, vous pouvez lire Avant toi car l’auteure ne prend pas parti pour un jugement ou un autre.

En conclusion, une lecture mitigée. Je ne pense pas que je lirais le second tome qui devrait sortir prochainement si je ne dis pas de bêtises.

Bon j’avoue qu’il y avait de jolis passages quand même :

« Il est impossible d’être si près de quelqu’un, de sentir sa peau se tendre sous les doigts, de respirer l’air qu’il expire, d’avoir son visage à quelques centimètres, sans se sentir un tant soit peu destabilisé »

 Le dernier mot de la fin : je m’excuse si cette critique part un peu en cacahuète mais quand je vous dit que ce roman m’a laissé perplexe je ne rigole vraiment pas !

En attendant je vous souhaite de belles lectures, à plus mes oursons au caramel !

Kisses.

Publicités

3 réflexions sur “Chronique n°3 : Avant toi

  1. Pingback: Dragon’s Loyalty Award – Les Dossiers de Melasc

    • Heureusement qu’il en faut pour tous les goûts sinon la vie serait bien triste ! J’avoue que j’étais assez déçue de ne pas avoir aimé comme autant de blogueurs mais bon c’est comme ça ^^ Je serais ravie d’aller lire ton avis 🙂

      J'aime

Tu veux t'exprimer ? c'est ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s