Chronique n°8 : Respire

81BtKFnDscL

 

Auteure : Anne-Sophie Brasme

Pages : 190

Traduction : /

Edition : Le Livre de Poche

Collection : /

Prix : 5.10 euros

Titre V.O : /

Sortie V.F poche : Octobre 2002

 

Résumé :

Charlène est une enfant comme les autres, qui vit sans trop se poser de questions, prend ce qu’on lui donne et ne demande rien. Elle habite un immense appartement à Paris avec ses parents, pas très aimants ni très amoureux. Charlène souffre : elle est asthmatique, se sent incomprise, mal aimée. Avec l’entrée au collège commencent de longs mois difficiles, de solitude et d’attente. Jusqu’à l’arrivée de Sarah, brillante, magnétique. Une amitié naît, qui pour Charlène est un don inespéré de la vie, un émerveillement. Avant les petites déceptions, les souffrances, la passion puis le désespoir. Un roman d’une vérité hallucinante écrit par une jeune fille de 17 ans.

Mon avis :

Bon, cette chronique va être compliquée… Ce livre est un gros coup de coeur et je ne sais même pas quoi dire dessus tellement ce roman est une perle rare. Ok Julie, calme toi tu peux y arriver.

Si j’ai acheté ce livre, c’est parce que j’avais vu le film avant que j’avais adoré et je ne savais pas que c’était un roman de base (honte à moi, allez-y lancez moi des tomates et des courgettes sur ma face). Du coup en tant que lectrice avérée, j’ai voulu découvrir la véritable histoire, surtout que ma sœur me l’avait conseillé et qu’elle avait beaucoup aimé elle aussi.

Voilà, j’ai fini mon intro donc je suppose que maintenant je dois commencer à parler de ce bijou ? C’est là que les ennuis commencent…

Que dire ? A part que je me suis pris -excusez de l’expression- une véritable claque dans la gueule ? Que j’ai eu du mal à m’en remettre ? Que je n’arrive pas à croire une telle maturité dans la plume d’une auteure de 17 ans ?

Nous retrouvons Charlène, adolescente perturbée, en plein dans l’âge où l’on se remet toujours en question. C’est au cours de cette période qu’elle va rencontrer Sarah, jeune fille entièrement charismatique. Un véritable aimant en fait. C’est là que nos deux protagonistes vont entamer une relation bien particulière.

De premier abord, le résumé du livre n’a rien d’alléchant. Imaginons que je n’avais pas vu le film et jamais entendu parler de ce roman, je ne me serais probablement pas retournée dessus. Grossière erreur.

La force de ce roman, c’est l’alliance entre le personnage principal en lui-même lié à l‘écriture poétique qui mène justement toute la trame de l’histoire.

Dès le début, on sait ce qui va se passer. Je ne vous spoile rien en vous disant que cette histoire finit mal. Très mal. C’est comme un compte à rebours en fait. On attend le jugement, le point final à cette relation toxique. En attendant on subit avec elle, on encaisse les coups. Charlène nous raconte en toute sincérité cette amitié malfaisante et bancale qui l’unit avec Sarah. Du bout de sa plume, on ressent ce besoin vital d’évacuer ses ressentis, ce lourd poids qu’elle traîne depuis plusieurs années. Comme si, au final, cette « thérapie » d’écriture la libérera alors qu’elle sait très bien du plus profond de ses entrailles qu’elle sera toujours reliée à Sarah directement ou indirectement.

(Mon dieu je ne sais vraiment plus quoi dire, c’est terrible haha)

Quand j’ai lu cette histoire, je n’ai pas pu m’empêcher de me répéter sans cesse « Mon dieu, mais ça ne peut pas être une fiction, c’est forcément une histoire vraie ». Sérieusement, les émotions que Anne-Sophie Brasme nous fait ressentir au travers de Charlène ne peuvent pas nous laisser insensibles. J’ai tout ressenti et je me suis vraiment mis dans son personnage. Comme si la véritable protagoniste de l’histoire c’était l’auteure et non Charlène. Comme si elle se cachait derrière elle pour pouvoir nous raconter SON histoire à elle. Ecrire comme ça à 17 ans m’a coupé le souffle. Je m’imaginais à sa place il y a deux ans et jamais ô grand jamais je n’aurais été capable d’écrire avec autant de justesse (ce qui est et sera toujours le cas), de simplicité mais de poésie aussi. Une écriture poétique et sincère qui pourtant est terriblement cruelle. J’ai souffert en lisant ce livre et je n’ai pas honte de le dire. J’ai aimé souffrir pour Charlène, j’ai détesté la voir souffrir elle.

J’ai vraiment l’impression de me répéter, de parler dans le vent, mais ce roman est une montagne russe sans fin. Anne-Sophie Brasme ne nous laisse aucun répit quant à « l’amitié » de Charlène et Sarah. Charlène est fragile. Sarah manipulatrice. La fusion parfaite pour nous entraîner et nous envoyer de plein fouet dans la destruction psychologique et progressive de Charlène. Sarah sait comment agir pour pouvoir faire d’elle son pantin, son jouet qu’elle pourra manier comme bon lui semble. Elle noie Charlène de toute sa froideur et de sa sournoiserie. Elle lui fait porter le chapeau de ses fautes et Charlène suit aveuglement, comme un adepte à son gourou. Elle pardonne car elle a besoin d’elle pour vivre, ou plutôt pour ne pas mourir. Mais quand Sarah sent que Charlène s’éteint à petit feu, Sarah lui donne un nouvel oxygène en la remontant à la surface, en s’arrangeant pour mettre leur relation sur un piédestal. Mais ce schéma est sans fin et Charlène sait que Sarah recommencera. Et Sarah recommence. Encore, encore et encore.

La fin n’est pas surprenante. On s’en doute, on la devine même et on ne peut s’empêcher d’appréhender le coup de grâce. Mais il arrive et on se dit que finalement c’était la seule solution. Alors on lit, on ne s’arrête pas de lire malgré tout l’océan d’émotions qui nous envahit et les interminables fins aléatoires que l’on aurait voulu avoir défilant dans notre tête. Mais on réalise, on accepte, et on se dit qu’après tout ce n’est qu’un roman. Un roman qui nous perturbera pendant plusieurs jours, puis pendant heures et quelques minutes. On n’y pensera plus après. Peut-être quelquefois mais moins. Seulement quand on y repensera, on se dira que c’était une histoire cruellement extraordinaire, qu’on a eu la chance d’avoir lu et de découvrir.

Je ne parlerais que très peu du film dans cette chronique. Je ne suis vraiment pas experte en la matière. L’adaptation est très différente mais reste tout de même excellente. Le jeu des acteurs est divinement interprété et la fin est à vous laisser pantois, sans un mot à prononcer et juste à  réaliser. Je préfère que vous le voyiez par vous-même pour vous rendre compte de la superbe adaptation cinématographique de Mélanie Laurent et vous faire votre propre avis dessus.

Pour que vous vous rendiez compte que ce livre est saisissant :

Sarah est arrivée et elle a tout balayé sur son passage : mes rêves, mes aspirations, tout ce que je m’étais juré de réaliser. Partout où elle allait elle accaparait la plus grande attention. Tout semblait lui appartenir. Elle faisait ce qu’elle voulait. Moi je l’observais sans rien dire. J’étais redevenue l’ombre de moi-même. Un mur me séparait des autres. Et j’aurais préféré qu’ils me crachent au visage plutôt qu’ils me laissent dans un tel abandon. Car pire que le mépris, il y a l’indifférence. La sensation de ne plus exister.

Bon, je suis désolée mais j’ai pas réussi à en choisir qu’une…

Je me sentais inutile, fade. Si Sarah avait su me donner une identité deux ans plus tôt, elle m’avait en revanche privée de ma personnalité. Mais ça je n’avais pas pu m’en rendre compte à l’époque. Une seule terrible idée me parcourait quelquefois l’esprit, une idée que je ne pouvais pas admettre. Elle était mon amie, mais je n’étais pas la sienne.

Même si je suis sûre de ne pas avoir tout aborder pour cette chronique (trop d’émotions tue les idées xD) je vous dis quand même à très vite pour une prochaine chronique ! Bisous mes loulous !

Publicités

6 réflexions sur “Chronique n°8 : Respire

  1. Pingback: Bilan du mois n°3 : Juin 2015 | Le Livre Infini...

  2. Ta critique est géniale! Elle pourra donner envie à ceux qui n’ont pas lu le livre de le faire! Pour ma part je l’ai lu et j’ai beaucoup aimé, je suis ressortie de cette lecture émue et bouleversée. Je n’ai pas vu le film, peut-être par peur d’être déçue après la lecture? En tout cas je vais réfléchir à la question 😉

    Aimé par 1 personne

    • Oh merci beaucoup, ça me fait super plaisir !!
      Je suis totalement d’accord avec toi ! Ce livre est vraiment marquant, assurément dans mon top 10 pour ma part ! 🙂
      N’aie pas peur de regarder le film, certes il est assez différent mais reste tout autant aussi fort dans l’emprise du personnage par rapport à l’autre et c’est vraiment très interessant ! Tu m’en diras des nouvelles quand tu l’auras lu ^^

      J'aime

Tu veux t'exprimer ? c'est ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s