Chronique n°10 : Black Ice

9782702441503-G

 

Auteure : Becca Fitzpatrick

Pages : 358

Traduction : Marie Cambolieu

Editions : Editions du Masque

Collection : MSK

Prix : 17 euros

Titre V.O : Black Ice

Sortie V.F : Février 2015

 

Résumé :

Dans le blizzard, méfiez-vous des apparences…

Enfin, les vacances de printemps commencent ! Le soleil brille, un parfum de liberté flotte dans l’air. Britt a réussi à persuader sa meilleure amie de partir à l’aventure une semaine en pleine montagne. Manque de chance, son ex Calvin s’impose à la dernière minute comme accompagnateur. Partagée entre son désir de le reconquérir et celui de tourner la page, elle décide de profiter du séjour coûte que coûte et de se prouver qu’elle peut survivre sans lui. Mais les deux amies se retrouvent bientôt prisonnières d’une tempête de neige inattendue qui les force à accepter l’hospitalité de deux mystérieux randonneurs.

Mon avis : 

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un polar, thriller, policier, bref tout ce que vous voulez pour définir un livre censé nous faire trembler de peur et nous soumettre à un suspens haletant. J’ai donc décidé d’y aller en douceur en lisant un thriller qui reste malgré tout dans ma zone de confort en y mêlant une petite dose de jeunesse. C’est ainsi que mon choix s’est dirigé vers Black Ice de Becca Fitzpatrick.

Mais Black Ice qu’est-ce que c’est ? C’est l’histoire de Britt, qui après sa rupture avec son petit-ami Calvin, décide de partir pour une randonnée dans les montagnes avec sa meilleure amie Korbie. Seulement, le voyage ne va pas se révéler aussi divertissant qu’il aurait dû l’être après leur rencontre avec deux randonneurs lors d’une tempête de neige.

Depuis un bon petit mois, j’ai développé un tic assez étrange dont je n’arrive pas à me débarrasser. Pour certains livres, je me crée tout un délire dans ma tête en regardant simplement la couverture et en lisant vaguement le résumé. Tout de suite je m’imagine comment l’histoire va se dérouler, le caractère des personnages etc etc. Du coup il m’arrive de tomber de haut en lisant certains livres. Certes cela peut être en bien comme ici par exemple, mais pour d’autres ce n’est pas vraiment le cas et notamment sur un livre en particulier que vous verrez chroniqué prochainement.

Enfin, tout ce monologue pour vous dire que je ne m’imaginais pas ce livre comme ça. Pour moi c’était un huis-clos dans un chalet en bois perdu au cœur d’une montagne. Au final, c’est juste une petite partie du roman mais j’ai finalement apprécié ce coté diversifié : entre  séquestration, course-poursuite, mystères sur fond de romance et suspens, l’auteure a su dosé très justement son intrigue pour que le lecteur y reste accroché.

Autre chose que vous devez savoir : Je dé-teste les descriptions trop présentes et trop longues dans les romans. Mais quand il y en a, il faut que ce soit bien fait. C’est le cas ici. L’auteure nous peint des décors montagneux très précis et majestueux mais cependant assez effrayants et hostiles. Même les amoureux de la montagne pourraient frissonner dans ce genre d’endroits et je n’aurais vraiment pas aimé être à la place des deux amies (bon en même temps, détestant la randonnée je me serais jamais aventurée dans un trip pareil mais on sait jamais haha).

L’autre point fort du roman c’est l’intrigue : durant la première partie. J’ai vraiment été tiraillée dans tous les sens, je suspectais tout le monde, je ne savais plus qui croire. Dès que je faisais confiance à l’un des personnages, un élément venait tout remettre en cause et me replongeait dans un suspens interminable. Je voulais absolument connaitre la fin coûte que coûte. En résumé, j’ai souvent été surprise du flot de rebondissements que nous offre l’auteure. Mais ça c’était avant…

Eh oui car tout n’est pas rose dans ce roman. A mon grand désespoir, j’ai commencé à deviner le dénouement de l’histoire. Je l’ai vu arriver gros comme une maison (un immeuble même…). Tout est tellement prévisible, même la romance qui nous promet d’être originale reste banale et réchauffée. L’auteure a voulu faire un triangle amoureux qui au final n’en ai pas vraiment un car on devine dès le départ vers qui le cœur de Britt balance, tant mieux me direz-vous, car vous le savez je n’aime pas les triangles amoureux. Mais s’il y en a un, il faut le faire jusqu’au bout et pas pendant une centaine de pages. Enfin, ce n’est que mon avis, passons.

Mais le plus gros point faible du roman est pour moi les personnages. Hormis Mason, le seul personnage avec du relief, un homme mystérieux mais que l’on devine torturé et en colère. J’ai senti ce personnage très bien façonné sous tous les angles mais c’est bien le seul car les autres sont insupportables et notamment notre héroïne principale Britt. Bon excusez-moi du préjugé mais déjà je partais d’un mauvais pied avec elle car j’imaginais une pétasse superficielle en lisant son prénom, mea culpa. D’un certain sens j’avais en partie raison car dès le début on trouve une Britt assez égoïste, centré sur sa petite personne et obnubilée par son ex, son ex, son ex, son ex et… son ex. A cela se rajoute une adolescente de 16 ans qui ne sait pas se débrouiller seule et ne compte que sur son entourage. Et puis Britt a une meilleure amie, Korbie. Enfin plutôt ce que j’appelle une « fausse » meilleure amie. Le genre d’amie que l’on considère comme telle car on se connait depuis l’enfance. Certes, mais établir une liste des points forts et des points faibles que Britt possède par rapport à Korbie prouve bien que leur relation est malsaine. C’est un peu Britt vs. Korbie avec Eye of the Tiger en fond hahaha. Le personnage de Britt est imparfait c’est vrai mais a un réel potentiel d’évolution. Tout au long de son périple, on la voit prendre du galon, devenir forte et surtout rusée pour survivre. Mais tout d’abord, cette épreuve la grandit et la rend plus mature et indépendante.

En conclusion, c’est une jolie découverte même si ce livre possède quelques points faibles mais personne n’est parfait comme on dit ! C’était mon premier roman de Becca Fitzpatrick et je serais curieuse de découvrir cette auteure sous un nouvel angle. De plus, ce thriller jeunesse m’a redonné le goût d’en relire !

Ma note : 15/20

Si la vengeance est un plat qui se mange froid, je m’apprêtais à la lui servir frappée.

Je vous retrouve donc demain pour le bilan du mois de Juillet qui devrait être très très trèèèèèèèès court car j’ai réussi à accomplir un exploit, je vous laisse deviner lequel 😉

 

Publicités

Une réflexion sur “Chronique n°10 : Black Ice

  1. Pingback: Bilan du mois n°3 : Juin 2015 | Le Livre Infini...

Tu veux t'exprimer ? c'est ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s